« Hidden World » by Olga Itygilova

Accueil » “Hidden World” by Olga Itygilova

Exposition vitrine éphémère – Olga Itygiloval – Libourne

Hidden World, un univers caché 

Exposition vitrine éphémère – Olga Itygiloval – Libourne

Olga Itygilova a grandi en Sibérie près du lac Baïkal, berceau du chamanisme, au coeur d’une nature sauvage abritant un monde caché.

« Je viens d’un pays où le monde parallèle des esprits nous est familier. On vit avec, c’est la vie normale !  » indique-t-elle.

Pendant cette enfance passée au grand air, Olga explore la nature sous toutes ses facettes, notamment en été où elle survole les plaines de la toundra et de la taïga en hélicoptère avec ses parents. 

Dès l’âge de 12 ans, elle s’initie à la photographie noir et blanc. En effet, on est encore sous l’ère soviétique et le tirage couleur coûte cher. D’ailleurs, son professeur apprend à ses élèves à développer leur propre vision. 

Finalement, à 22 ans, Olga quitte son pays natal pour s’installer à Paris et travailler dans le milieu de la mode. 

D’autre part, elle poursuit sa recherche photographique à travers une production très diversifiée. 

Abolir les frontières 

À travers la série « Hidden World« , l’artiste entreprend un travail personnel sur le paysage en cherchant à abolir les frontières entre photographie et peinture. Pour ce projet, elle retrouve la sensation d’émerveillement ressentie pendant l’enfance dans la contemplation de la nature en captant au fil de ses essences, les reflets de la surface de l’eau, la courbe d’un rivage, un jaillissement d’embruns. La photographie devient un prétexte à saisir la beauté du monde et révéler un univers caché.

Olga n’effectue aucune retouche sur ses photographies mais pratique toujours le même rituel jubilatoire : une coupe à un endroit précis déterminant l’ace à partir duquel l’image sera dupliquée en miroir horizontal. Le geste par lequel s’établit une connexion entre le monde réel et spirituel, qui fait jaillir une vision. Et c’est alors la surprise et l’émerveillement enfin retrouvés !
Au centre du cadre, la collision des deux images forme un totem fourmillant de détails évoquant des civilisations ancestrales. L’image s’émancipe peu à peu de son champ pictural et laisse entrevoir un monde fantastique peuplé d’êtres surnaturels. 

En résumé, Olga fuit l’idée de la preuve par l’image de ses croyances. Tout ce qui nous est révélé se trouve en marge du cadre de la photo, miroir de notre âme. 

Prix sur demande au 06 81 54 00 86 
Son instagram
ytigilovolga@gmail.com

Exposé à Paris chez Loo & Lou Galerie George V 

Notre Actualité

Retrouvez nos projets lauréats et nos projets en cours !

go top